la Sécurité sur la pêche

Apparemment, quel dangers sur la pêche peuvent être ? Et il y a quand même une multitude de facteurs, sans compte de laquelle il est facile de payer non seulement la santé, mais aussi la vie.

Le Premier danger une incapacité nagera. Mais parmi les pêcheurs, ne sachant pas nager, - les enfants, et les adolescents, et même les adultes. Côte à côte l'eau, et n'importe quelle imprudence peut amener à la tragédie.

S'est installé Voici le pêcheur au bord, a jeté la ligne ou donku et attend poklevki. Mais s'est passé ici zatsep. Les tentatives du bord libérer le cordage vers rien n'ont pas amené, mais en se séparer on regrette : le temps bon, la place beau, le poisson béquète - on veut pêcher bref, plus longtemps. Il est plus facile de se déshabiller, entrer dans l'eau, trouver zatsep et libérer la ligne. Et voici le pêcheur déjà dans l'eau, va, en se tenant au fil, et soudain - la fosse, la place profonde... Mais si le bassin non tel profond ? Que, beaucoup de cas, quand se noyaient là, où, apparemment, il est impossible de se noyer arrivaient. La personne va à l'eau et craint l'incapacité de nager, mais est inattendu voici poskal'zyvaetsja et tombe à l'eau. Ici il peut se noyer, perdre connaissance, se heurter sur la pierre etc.

Il Faut aussi se garder d'un haut bord abrupt. Si lui aréno-argileux ou mou avec les fissures et les glissements de terrain, sous le poids de la personne peut s'écrouler facilement. Argileux non couvert de la végétation ménageait après la pluie et rosnym le matin le glissant. Ayant glissé sur un tel bord, on peut tomber à l'eau.

Certains pêcheurs, particulièrement les enfants, pénètrent sur les pilots sortant de l'eau, les pierres et d'autres objets. C'est dangereux, et en outre non seulement sur le courant, mais aussi dans l'eau stagnante : on peut tomber à l'eau et à la chute se blesser.

S'il faut passer dans la rivière ou un autre bassin, il ne faut pas se servir des moyens de navigation accidentels. La rivière, particulièrement si elle rapide, il faut passer à deux pour en cas de nécessité aider l'un à l'autre. Il faut se rappeler : la rivière est plus menue là, où elle est plus large. Au passage dans le bassin il faut éviter les terrains couverts de la végétation vive savoureuse : là, en général, profondément. La perche, le bâton ou la canne à pêche non seulement vous aideront à trouver les places superficielles, mais aussi serviront du support. Au passage des places marécageuses il faut arriver sur les mottes ou les buissons, et non à côté d'eux.

La Variété des dangers guette les pêcheurs au printemps. On lie ces dangers ce qu'en hiver dans l'organisme de la personne apparaît le jeûne solaire (ultraviolet). Un tel jeûne provoque une série de changements pathologiques : l'organisme perd le calcium, baisse le tonus du système nerveux, sa fonction réglant, s'aggrave zhiznestojkost' de l'organisme, son immunité aux maladies, s'aggravent déjà les maladies se trouvant. Il est nécessaire les bains de soleil. Et le pêcheur "se baigne" au printemps exactement dans la lumière solaire. Et fait parfois cela sans tout sens de la mesure. Certains pêcheurs inexpérimentés se rapportent négligemment à l'influence des rayons solaires et finalement reçoivent les brûlures, thermique ou les coups de soleil. À propos, le vent ne sauve pas du coup de soleil, c'est pourquoi au temps solaire avec la faible brise les pêcheurs expérimentés longtemps non zasizhivajutsja au bord et, surtout, dans le bateau. En effet, au lieu du plaisir la pêche peut apporter les gros ennuis.

Chez souffrant du coup de soleil commencent les maux de tête, le vomissement, la personne devient pourpre, le pouls faiblit, la respiration devient fréquent et l'évanouissement arrive. Dans tels cas de la victime il faut immédiatement porter à l'ombre ou le local frais, déshabiller jusqu'à la zone, mettre le tissu mouillé frais sur la tête et le domaine du coeur, donner à boire par l'eau froide.

Les pêcheurs Expérimentés choisissent au bord de la place sous l'ombre, s'assoient sous les buissons, les arbres. Si tel est absent, cela arrange sur lui-même les avant-toits ou le recel, établissent les parapluies spéciaux. Dans n'importe quels cas la tête doit être couverte du soleil par le couvre-chef ou il est simple par quelque chose est nouée. Du journal, par exemple, on peut faire le calot. Au temps ardent solaire il vaut mieux être assis au bord dans les vêtements. Mais il encore vaut mieux cesser pendant la chaleur de jour la chasse, puisque le poisson ne béquète pas à cette époque d'habitude.

S'Habiller, en partant sur la pêche, il faut en tenant compte du temps et la saison. Il faut connaître de plus que le temps dans la ville se distingue toujours rudement du temps au bord - là et vetrenee, et est plus frais. Tous "les secrets" de l'équipement de pêche ont la relation directe à la santé du pêcheur. En été il faut prendre les vêtements faciles, qui protégeraient contre le vent, les soleils, la pluie, les moustiques. Il faut connaître que l'humidité mise en relief par l'organisme, est condensé sur le côté intérieur des vêtements imprégnés de caoutchouc, se refroidit et sert assez souvent de la raison du refroidissement. De la pluie sauvent bien shtormovki - les blousons et le pantalon cousu du tissu facile humidifuge, qui manque les vapeurs et retient l'humidité du dehors. On Peut prendre sur la pêche les imperméables-vesses-de - loup faciles et d'autres imperméables. Certains pêcheurs font de la pellicule de polyéthylène les majorations confortables.

À côté des bottes de caoutchouc il faut avoir et quelques autres chaussures. Les bottes condensent aussi l'humidité, et les pieds sont mouillé bientôt. Il est recommandé de retirer les bottes de caoutchouc périodiquement, en faisant aux pieds se reposer, mais aux bottes sécher. Pour l'hiver les chaussures bonnes et chaudes sont les bottes de feutre. Cependant ils ne gagnent pas toujours les pêcheurs. Aux caoutchoucs se rassemble la neige, et ils sautent. À l'eau profonde sous la neige les bottes de feutre sont mouillé. Dans tels cas il faut penser ou de hauts caoutchoucs improvisés, ou d'autres adaptations aux bottes de feutre. Certains pêcheurs, en utilisant la colle "Moment-1" universelle et le caoutchouc cru, font du caoutchouc mou lamelleux par l'épaisseur de 0,5-1 mm ou une sorte de document imprégné de caoutchouc les vêtements pour les bottes de feutre. Pour cela raskraivajut selon les montants des bottes de feutre le document initial, les tiges collent vnahlest d'abord et puis les collent aux caoutchoucs. La technologie du collage rezinotehnicheskih des produits est bien connue. Pour que "les bas" de caoutchouc ne glissent pas des bottes de feutre, dans leur partie supérieure font Rond prosechki pour le cordon, par qui ils s'attachent aux bottes de feutre. Ou on colle aux "bas" les raies de caoutchouc. Ayant formé l'anneau du plus petit diamètre, ils sertissent les bottes de feutre et retiennent leurs tiges de caoutchouc.

Il Faut penser et à la protection contre le froid des bottes de caoutchouc. Il faut prendre les bottes environ sur deux montants plus, mettre à eux les grosses semelles de feutre. Il faut mettre les chaussettes de laine, mais en liaison des chaussettes cotonnières. Les chaussettes de laine dans les bottes de caoutchouc et les bottes de feutre deviennent vite percées de troues. Un vieux bas pour dames du capron ou le nylon peut devenir leur protection sûre contre le nettoyage. Pour cela la partie usée du bas coupent, mais gardé mettent par-dessus la chaussette. Dans "les vêtements" synthétiques les chaussettes de laine serviront longtemps. À propos, et les bottes sont mises de plus sans efforts. Se fait sentir une très petite friction du capron sur la tige. Mais le mieux - acquérir les bottes spéciales chaudes. Au temps frais, particulièrement en automne, à la pêche mettent les blousons chauds, le linge de laine ou tricoté. Dans un tel temps ne conviennent pas du tout les chemises de soie synthétiques et les maillots de corps : ils ne sauvent pas du froid, à eux il est facile de prendre froid. En cas de la nuitée il faut prendre au bord ou la tente, ou le sac de couchage. Au bord syro, En outre tombe la rosée, c'est pourquoi il est nécessaire d'avoir aussi deux morceaux de pellicule de polyéthylène par le montant excédant un peu croissance du pêcheur. Un morceau mettent sous le sac de couchage ou le matelas à air, par l'autre se cachent. La pellicule de polyéthylène protège contre la pluie, les rosées, les morsures des moustiques, mais par un automne tardif - du givre et le froid, sous la pellicule l'air se réchauffe.