la Sécurité sur la pêche

Sur la pêche d'hiver il faut être très prudent. Non ainsi vraiment il y a rarement des cas de l'engelure, et même très sérieux. Il faut se rappeler qu'à l'engelure les premières sensations de la victime arrivent très illusoire : il semble que de rien terrible ne s'est pas passé. Mais ces sensations illusoires ne peuvent pas céder, il faut à temps prendre toutes les mesures nécessaires dans tels cas. À un fort refroidissement de longue durée peuvent apparaître les frissons - la forme originale de l'engelure. Sur la personne, les mains se forment les enflures, les fissures, mais parfois les ulcères. Dans les places de la défaite se font sentir la démangeaison et les douleurs. Au début de l'engelure se fait sentir le point et le pyrosis de la peau; puis la perte de la sensibilité arrive. La peau devient blanche ou la couleur cyanosée. Dans les cas spécialement lourds apparaissent d'une diverse forme et la valeur voldyri, les ulcères, omertvlenie des tissus, la gangrène sèche ou humide.

Il faut graisser les Gelures avec l'huile de foie de morue ou le lard d'oie, mais si est, l'huile de chasse.

D'avance graisser la personne avec les divers onguents, par la graisse on ne peut pas. Ils ne préviennent pas, mais au contraire, contribuent à l'engelure de la peau, puisque aggravent sa thermorégulation. L'essentiel que sauve dans les cas semblables est des vêtements chauds, faciles, confortables et étanches. Par temps non très long, mais les passages rapides vers la place de la pêche la personne se réchauffe, sue. Certains retirent à la fois le pardessus ou les couvre-chefs. De cela il ne faut pas faire - il est facile de prendre froid.

Pour ne pas prendre froid au passage vers la place de la pêche, il ne faut pas mettre les vêtements spécialement chauds (la courte pelisse ou quelque chose l'autre). Il faut tout porter ou transporter avec lui-même sur sankah. Premièrement, il est plus facile d'aller ainsi, mais deuxièmement, les vêtements resteront sec et on pourra la mettre, en procédant à la chasse. Au temps venteux des amateurs podlednogo de la chasse la toile de tente dense et facile bien protège contre le vent pénétrant. Elle peut être remplacée par la pellicule de polyéthylène cousue par le semi-sac. Quatre mètres de la pellicule par la largeur environ une et demi mètre plient en deux de manière qu'à la couture puisse résulter le sac. Il faut couper la partie supérieure en forme du dôme par (le demi-cercle) et coudre ou coller par la bande collante, cependant non jusqu'à au dessous, autrement il sera incommode de pêcher dans un tel "sac". À côté des creux fixent ledobur. La pellicule établissent ainsi que ledobur et le pêcheur se trouvent sous elle - comme dans la tente. Pour que la pellicule ne se déchire pas, selon le dessous et au bord d'elle garnissent de la ficelle ou recouvrent de la bande collante.

Existe l'opinion que sur le froid réchauffe le fumer. Tout juste au contraire - notamment le fumer contribue à l'engelure, car la cigarette fumée à jeun provoque les spasmes et l'hémostase dans les récipients, c'est-à-dire coupe dans l'organisme l'appareil de chauffage intérieur.

Les Autres utilisent l'alcool. De cela non plus il faut faire. Ici l'ordre doit être chez tous un : ne pas prendre sur la pêche l'hiver, l'été aucunes boissons spiritueuses. Excepté les malheurs, ils n'apportent rien. L'alcool - un grand ennemi de la santé de la personne et sa vie. Les amateurs boire plus souvent tous se noient et subissent le plus de diverses autres maladies de refroidissement. Réchauffent le mieux le café ou le thé.

Il faut être Particulièrement prudent en hiver. Il ne faut pas éprouver le destin et sortir sur la pêche, quand la glace encore fin. S'il subit déjà la personne, il n'est pas recommandé de s'accumuler par les groupes. On ne peut pas tout près s'approcher au trou : peut échouer le bord de la glace. Sur la glace au temps chaud ou même à froid sur le courant il y avoir être des ravines ouvertes ou fermées, avec l'incursion très fine glaciale, parfois zasypannym par la neige. La glace d'automne et du printemps est très dangereuse. En automne les gens échouent le plus souvent sur l'éloignement considérable du bord, car la glace d'automne est toujours plus solide près du bord. Au printemps plus loin du bord, la glace prochnee.

En général la même épaisseur de la glace peut avoir une différente solidité à de diverses températures. À la température basse la glace prochnee. Donc, la nuit et le matin la glace toujours prochnee, le jour et le soir - est plus faible. Une vieille glace prochnee jeune à l'épaisseur identique. La glace transparente est plus solide, que trouble, formé au temps venteux ou pendant la chute de neige, et à l'épaisseur de 4-5 cm subit facilement la personne. La glace la plus dangereuse spongieux, formé de smerzshegosja les neiges. Il faut se rappeler que la glace à n'importe quel temps les hivers peut être dangereuse, si au bassin entrent les écoulements chauds ou chauds industriels ou il y a des sources, mais dans la rivière - de forts courants et les tourbillons. Sous l'impulsion des eaux printanières la glace perd vite la solidité et s'écroule sans crépitement prévenant. Il fléchit simplement et se casse. Au printemps la glace propre toujours prochnee. Souvent les ravines sont couvertes korkoobraznymi des incursions de la neige. Il est dangereux de s'approcher à telles places. Il faut être particulièrement vigilant après les dégels. Si la solidité de la glace provoque le doute, il faut la contrôler. Il faut contrôler non par le coup du talon, mais peshnej, le bâton ou un autre long objet. C'est pourquoi les pêcheurs expérimentés à pervoled'e et la dernière glace prennent non ledobur, mais peshnju.

Chaque pêcheur doit connaître les règles de la conduite sur la glace et la règle de l'autosauvetage et l'assistance par l'autre. Si a échoué sous la glace elle-même, il faut ne pas perdre les calmes, ne pas se laisser aller à la panique, ne pas faire les mouvements inconsidérés, il faut se délivrer de la boîte de pêche, le puisoir et d'autres objets. Les mains dresser aux parties et tenter de saisir par la glace pour ne pas plonger. Si se trouve côte à côte peshnja ou dans l'état déployé ouvrier ledobur, il faut tenter de prendre jusqu'à eux. Ils peuvent servir du support sur la glace fragile. À d'abord, quand les vêtements n'ont pas encore été trempés et contient l'air, la personne a la flottabilité. C'est pourquoi il est important de tenter tout de suite de sortir sur la glace. Pour cela, razmerenno en travaillant les pieds, occupent la position horizontale et, en s'enlevant, se couchent par le ventre ou le dos sur la glace. Dans une telle situation aideront eu les couteau ou d'autres objets aigus, qui faut, sans se dépêcher, mais aussi sans s'attarder, prendre. En s'accrochant à la glace par le couteau, la gaffe ou un autre objet, on peut s'enlever et s'avancer selon la glace.

Si on ne réussit pas à sortir, il faut tâcher moins de dépenser des forces, c'est-à-dire tout simplement ne pas barboter. Les gens qui vous ont vu viendront en aide. Il faut connaître que dans l'eau glacée, la personne physiquement préparée peut librement se tenir un - deux heures, l'eau à côté du corps se réchauffe, puisque de l'échange d'eau ne se passe presque pas et est chaud même dans les vêtements mouillés non ainsi part vite.

Pour aider la victime, il faut apporter du bord la planche, la perche, la corde ou une longue branche de l'arbre, le fil, l'armature, le tube il faut prendre donc tout que se trouvera sous les mains. Si on ne peut pas s'approcher à la victime, il lui faut jeter ces objets. Le mieux dans tels cas la corde, à la fin de qui font le noeud gagnera - il sera plus facile de saisir. Mais une telle corde au moment nécessaire peut ne pas se trouver chez les sauveteurs. C'est pourquoi à chaque pêcheur à la sortie sur podlednuju il faut avoir la pêche dans l'équipement long, les mètres de quinze, le cordon de capron. Il faut se bander d'une fin devant la sortie sur la glace dans la zone, mettre le cordon par les anneaux et fixer quelque part de côté. La deuxième fin doit être équipée de l'anneau métallique, pour qui on pourrait s'accrocher par la main ou quelque autre objet. Si est tombé dans le malheur, il faut tâcher loin de lui-même jeter sur la glace la fin du cordon avec l'anneau ou la charge, à la rencontre des gens accourant au secours.

<< en arrière