la Sécurité sur la pêche

Si dans l'eau se sont trouvés deux ou trois, l'essentiel - respecter le sang-froid et la coopération précise. On ne peut pas saisir pour le voisin et ainsi noyer l'un l'autre. Il faut tâcher d'aider à sortir d'abord à un, puis l'autre etc. Appeler tous au calme, établir l'ordre successif la personne la plus calme et expérimentée doit. Le gage du succès seulement dans cela.

Mais voici la victime ou les victimes se sont trouvée sur la glace. À la personne qui a perdu connaissance font la respiration artificielle et le massage du coeur. Dans les cas plus faciles à lui font boire le thé chaud ou le café, puis expédient au local chaud, où retirent et changent les vêtements, ainsi que donnent une autre aide.

Chaque pêcheur-amateur doit connaître les accueils élémentaires de l'exercement des premiers soins sur l'eau. Il arrive très souvent que l'on peut sauver la personne, mais aussi il arrive souvent que les gens trouvés côte à côte, ne connaissent pas, comment lui faire. Le caractère de l'assistance dépend du poids de l'état de la victime. Nous examinerons les éventualités.

La Victime dans la conscience : il faut le calmer, en retirer les vêtements mouillés, essuyer à sec la peau, changer.

La Victime sans conscience. Mais n'a pas perdu le pouls, la respiration : il lui faut donner aspirer l'ammoniaque, libérer le thorax des vêtements gênant.

Chez la victime ont cessé l'activité cordiale et la respiration : avant tout, éloignent le liquide des voies respiratoires, pour quoi aidant devient sur le genou, met la victime sur la cuisse du pied plié de manière que la tête et ses épaules soient baissée; puis nettoie la cavité buccale du sable, la vase et procède à la tenue de la respiration artificielle. La bouche à la bouche "et" la bouche au nez "est considérée comme les moyens les plus effectifs de la respiration artificielle". La victime mettent, ayant renversé rudement lui la tête. La respiration artificielle produisent dans la gaze ou un autre tissu fin. Au moyen "la bouche à la bouche" bouche le nez de la victime, au moyen "la bouche au nez" est fermée par la bouche. Font l'inspiration et l'expiration. Simultanément avec la respiration artificielle passent le massage du coeur, en produisant après chaque inspiration trois-quatre pressions par les mains sur le thorax. Dans tous les cas il faut réchauffer le corps de la victime avec l'aide de la trituration, le massage des mains et les pieds.

Et encore quelques conseils.

Les Moustiques non ainsi vraiment "attaquent" souvent le pêcheur. Cependant prendre avec lui-même le moyen contre les moustiques se trouve dans tous les cas. Après son application de la main il faut laver avec le savon, autrement l'odeur sera transmise à l'emmanchement, et le poisson ne béquètera pas.

Au temps vif solaire il faut mettre les lunettes fumées pour que les yeux ne se fatiguent pas.

Avec lui-même sur la pêche il vaut mieux prendre l'eau bouillie ou les boissons rafraîchissant. On peut boire et l'eau claire de source. On ne peut pas boire l'eau fluviale ou de lac, dans elle peuvent se trouver les stimulants des autres maladies gastro-intestinales. On ne peut pas boire l'eau en hiver du creux. Les arguments des pêcheurs séparés au profit de la bonne qualité d'une telle eau et l'assurance qu'ils la buvaient, et rien ne leur est arrivé, il ne faut pas percevoir sérieusement, parce que, comme on dit, les choses ne se répètent pas toujours.

Chaque pêcheur doit avoir le minimum des médicaments, tels, comme l'iode, l'eau oxygénée, le permanganate divorcé ou elle kristalliki, la vaseline borique, la bande, le sparadrap et les autres.

Le Bateau. Plusieurs pêcheurs se servent maintenant des bateaux. Particulièrement la large expansion était reçue par les canots pneumatiques. Ils sont compacts à l'acheminement, sont confortables à la conservation dans les conditions domestiques. D'autre part avec eux il faut savoir s'adresser. Le non-respect des règles d'utilisation peut amener à l'usure précoce du bateau, mais parfois - et vers les accidents.

Avant de gonfler tout à l'heure le bateau acquis, il faut bien prendre connaissance de l'instruction jointe. On ne peut pas le bateau perenakachivat', elle peut ne pas subir et bouffer. Est particulièrement dangereux cela en été au temps solaire : de l'air chauffé et élargi le bateau peut déchirer en morceaux. Le bateau non entièrement gonflé, si de celle-ci laisser au soleil, peut pour la même raison de bouffer. C'est pourquoi et au bord, et sur l'eau il faut suivre pour que le bateau ne soit pas pompé, et périodiquement produire l'air superflu. Si le bateau pour quelque temps n'est pas nécessaire, il faut produire d'elle la moitié de l'air.

Il Faut bien connaître les caractéristiques du bateau, sa capacité de charge et ne pas surcharger. Il est nécessaire de s'assurer et d'autres gens se trouvant avec vous dans le bateau, par les moyens de sauvetage : coussins à air, tout autour, gilets spécial et autre. Il faut sauvegarder particulièrement les enfants, qui le pêcheur prend à la navigation.

La Chasse du poisson du bateau demande l'observation des précautions. Les mouvements à zabrasyvanii des cordages et vyvazhivanii les poissons en autres bateaux de caoutchouc, de placage ou instables doivent être harmonieux, ne pas provoquer le ballottement. Il ne faut pas s'agiter, s'incliner dans le bord. Aller à la pêche dans le bateau il faut en étant assis, mais s'il y a une nécessité de faire quelque chose en se trouvant, il faut choisir la place stable et la position, bien qu'en bateau de caoutchouc on réussira à faire peu probablement cela.

Sur les rivières navigables et les réservoirs d'eau il faut strictement accomplir les règles de la navigation sur les voies navigables intérieures. Il est extrêmement dangereux de jeter l'ancre et pêcher sur le chenal. Il faut se tenir en général plus loin des voies de navire, ne pas les croiser et ne pas s'approcher des cours.

Sur de grands bassins il est dangereux de se trouver dans le bateau à un fort vent. Ayant senti l'approche de la tempête, il faut immédiatement nager vers le bord. Si vous étiez pris par la tempête, il vaut mieux ramer en travers de l'onde, car l'onde latérale peut inonder ou retourner le bateau. Au pêcheur surpris dans le bateau par les intempéries, il faut garder l'extrait et la maîtrise. Il faut diriger le bateau vers le bord plus proche, mais non vers abrupt et marécageux, mais vers un tel, sur qui on peut sortir. Si la voie lointaine, il faut s'en servir est plus sûre : il vaut mieux perdre quelque temps, que risquer. Eh bien, mais si l'onde a retourné quand même le bateau, il ne faut pas perdre les maîtrises. Il faut saisir par l'arrière du bateau et nager vers le bord plus proche. Si se trouvez dans le tourbillon et sentirez que vous serre, prenez aux poumons plus d'air, plongez plus profondément et par la saccade rude à l'écart du courant de la rivière sortez en.

<< en arrière